Projet Agro-forestière

Depuis plus de 40 ans, la commune de Loisy déploie une politique dynamique de protection des captages d’eau potable (achats fonciers, bio, désherbage mécanique) couplée à la volonté d’agriculteurs de transformer en prairie permanente une partie de leurs terrains agricoles. Les 6 sources alimentant la commune de 333 habitants étaient confrontées régulièrement à une hausse importante des nitrates. La collectivité soucieuse de reconquérir la qualité de son eau potable a initié un projet global de protection de l’eau grâce à l’implication des agriculteurs et de la population.
Dès 2014, de façon volontaire, cinq agriculteurs ont semé en prairie 42 ha de terre labourable dans le périmètre des sources. Parallèlement, la commune en collaboration avec la société d’aménagement foncier et d’établissement rural (SAFER) a enclenché une politique d’achat foncier. A ce jour, elle a acquis ou est en cours d’acquisition de 35 ha. Cette politique volontariste, a permis à la commune de LOISY d’être lauréat des trophées de l’eau de l’Agence de l’Eau Rhin Meuse en 2019 pour sa « démarche concertée et pérenne pour protéger la ressource en eau ».
Mais la dynamique avec les agriculteurs se poursuit et la commune a souhaité que certaines prairies soient conduites en agroforesterie.
La plantation d’arbres vise à répondre aux objectifs suivants :
• Protection de la ressource en eau
• Amélioration du paysage
• Biodiversité / Pollinisateurs
• Limiter l’érosion des sols
• Bien-être animal
• Diversification de la production (bois, trognes, fruits)
➔ Dans ce cadre, la commune de LOISY a obtenu un financement de l’Agence de l’Eau Rhin-Meuse pour mener à bien son projet agroforestier.
D’ici fin 2021, les plantations devraient être finalisées sur les prairies.

Les aménagements prennent en compte les critères suivants :

• Compatibilité des arbres et haies avec les activités agricoles (fauche / pâturage bovin / volailles) : choix des essences en fonction du contexte pédoclimatique et d’éventuelles toxicités animales / prise en compte des formes parcellaires et du sens de travail / accès et circulation des engins agricoles (y compris tournières) / évolution possible en pâturage tournant sur certaines parcelles / aspects réglementaires / pollinisateurs…

• Prise en compte des pentes à l’échelle de la zone de captage dans un objectif de préservation de la ressource en eau et de limitation de l’érosion des sols

• Prise en compte de l’existant : boisement / haies / talus / lignes et poteaux électriques / chemin d’accès…

• Prise en compte de la « trame verte » pour concilier protection de la ressource en eau et corridors écologiques

• Densité et espacements des lignes d’arbres permettant une évolution du projet dans le temps

• Projet à vocation pédagogique avec des formes variées d’aménagement (alignements d’arbre, haies, fruitiers, trognes) mais aussi avec une partie plus « expérimentale » permettant de voir l’impact des arbres sur les pâtures (avec des densités de plantation différentes proposées et la mise en place d’une zone témoin sans arbre) 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *